Skip The Use, c’est tout simplement l’un des groupes de rock français les plus en vogues et les plus prometteurs qu’on n’ait pu entendre depuis quelques années. Que voulez-vous, FFF ayant visiblement éteint leurs amplis pour de bon et Noir Désir « prenant leur temps pour sortir leur nouvel album », on peut compter sur ce jeune groupe lillois mené par leur charismatique chanteur Mathieu Monnaert (renommé en Mat Bastard pour faire genre), qu’on avait déjà vu à l’oeuvre avec Carving entre 1994 et 2004.

Une petite photo pour immortaliser leur passage à la rédac'

Pour être tout à fait honnête avec vous, je ne connaissais guère Skip The Use (et non Skipe – private joke) jusqu’à l’année dernière, lorsqu’ils ont clôturé le FIFA 11 VIP Contest qui s’était déroulé au VIP Room en septembre 2010. Pourtant, dès leur premier morceau, ce fut le coup de foudre ! Ce groove et cette énergie sur scène sortie de nulle part m’a carrément scotché sur place, à tel point que le lendemain, j’étais en train de chiner les boutiques de musique à la recherche de leur album éponyme. Grande fut la difficulté à le trouver dans les bacs puisque le label de l’époque, Calysta, n’avait guère publier de nombreux exemplaires. Oui, car depuis que Skip The Use s’est fait connaître du grand public et Universal Music s’est intéressé au groupe, au point de leur proposer de faire partie de leurs nouveaux protégés. Parenthèse fermée. J’en reviens à ma difficulté à trouver l’album en boutiques… Ah oui ! Et bien, sachez que c’est au Virgin des Grands Boulevards que j’ai pu trouver mon bonheur. Depuis, c’est l’éclate totale dans mes oreilles, que ce soit avec mon iPhone ou dans ma voiture, le groupe ne quitte plus ma discographie portable. Il faut bien avouer que des titres tel que « Give me » a de quoi mettre de bonne humeur et son clip, l’original, pas celui remanié par Universal, est aussi frais que leur son venu d’ailleurs.

 

Vous pouvez donc imaginer mon bonheur quand j’ai su que Skip The Use allait débarquer à la rédaction de MusiqueMag, ce vendredi 9 septembre 2011 pour une session acoustique. Comme prévu, ils sont arrivés aux alentours de 16h30 pour nous chanter deux morceaux en live et répondre à une petite interview, que vous pourrez retrouver prochainement sur MusiqueMag. Pour le coup, seuls Mat et Yann Stefani, le guitariste, avaient fait le déplacement. Je n’ai pas vraiment eu le temps de taper la discute avec eux, mon emploi du temps de la journée était plus que chargé et ces messieurs, certainement pressés de repartir à leurs occupations quotidiennes. Toujours est-il que j’ai pris le temps de les écouter et de poser avec eux afin d’immortaliser ce moment. J’espère les revoir prochainement, en live de préférence, en attendant l’arrivée de leur prochain album prévu cette année. Un LP, Sound from the Shadow, arrivera dans les bacs et en digital le 19 septembre prochain et il est même déjà possible d’écouter un premier morceau sur le blog officiel du groupe. Petite anecdote sympa : en likant leur page Facebook, j’ai pu voir que Skip The Use aimait aussi les Arctic Monkeys, un autre groupe que j’affectionne tout particulièrement. Comme quoi, il n’y a jamais de hasard…

Par Maxime Chao

 

Le premier album Skip The Use : de l'énergie et du rock à revendre !

Liste des titres de l’album Skip The Use

1. Bastard Song
2. She’s My Lady
3. Bullet
4. Dr House
5. Give Me
6. Antislavery
7. Off Me
8. Don’t Want To Be A Star
9. Hell Parade
10. You Are
11. My Generation
12. Unbreakable

 

"Par le pouvoir du crâne ancestral, je détiens la toute-puissance !"

Ce qui est bien dans le métier de journalistes de jeux vidéo, c’est qu’on peut profiter des petits cadeaux que peuvent nous offrir les éditeurs. Ces fameux goodies que les joueurs s’arrachent parfois à prix d’or sur eBay, ou lorsqu’ils ont l’occasion d’aller faire un tour du côté du Japon. C’est la petite surprise de la journée quand on a déballé le gros carton que THQ nous a envoyé pour la sortie de Warhammer 40.000 : Space Marine, puisque nous avons eu le plaisir de découvrir le fameux chainsword du jeu, version grandeur nature ! Le genre de trucs qui a rendu Johnny John, l’un de nos monteurs-cadreurs, fou de joie, à l’idée qu’il pourrait ramener ça chez lui. Dans ses rêves ! L’objet de toutes les convoitises du moment va rester à la rédac’ et me servira pour martyriser mes collègues. Parce que oui, j’aime ça ! La preuve en photos… 😛

Par Maxime Chao

 

Laurely prêt à en découdre !

Laurely se faisant martyriser par Maxime

 

 

 

 

Après 12 heures de vol où j’ai pris plaisir à regarder des films bien moisis tels que Monsieur Papa (de et avec Kad Merad) et d’autres plus sympathiques comme le dernier Woody Allen, Midnight à Paris, et Les Femmes du 6ème étage avec Fabrice Luchini, nous voilà enfin arrivés à Los Angeles. Un retour qui fait plaisir puisque la dernière fois où je me suis rendu dans la cité des anges, c’était pour l’E3 2011 et autant vous dire que le rythme lors d’un salon comme celui-là n’est pas de tout repos. Cela dit, le programme cette semaine n’est pas une partie de plaisir car nous avons un programme relativement chargé. Entre la conférence de presse, les nombreuses interviews, le tournoi à suivre, nos sessions de jeu et les activités à couvrir, il va falloir encore courir à droite et à gauche pour ne rien louper.

 

Venice Beach et ses immenses plages à perte de vue...

 

Heureusement, Activision a eu la délicatesse de nous offrir une journée et demi de temps libre, afin de nous permettre de nous remettre du décalage horaire, mais surtout faire quelques images de la ville de Los Angeles pour illustrer notre futur reportage vidéo. Aussi, avec Thomas et accompagné de quelques confrères comme Hubert de Gamekult, nous nous sommes rendus à Venice Beach, véritable lieu touristique où les grandes plages et leurs palmiers offrent un paysage unique. Fan des Red Hot Chili Peppers, je n’ai pas pu m’empêcher de retrouver l’immeuble où a été tourné le dernier clip du groupe : The Adventures of Rain Dance Maggie. Après 2 bonnes heures de marche, nous avons rejoint Santa Monica et sa célèbre jetée et c’est là-bas que nous avons décidé de casser la croûte. Vint ensuite l’incontournable séance de shopping pour faire quelques achats sur la célèbre promenade de Third Street. C’est là-bas que nous avons croisé la route de Mario Van Peebles sur la terrasse d’un café. Seul et lisant son journal, il s’est prêté à la petite séance de photos, avant de nous avouer qu’il parlait un peu le « franglais » et qu’il est en train de préparer trois projets pour le cinéma.

 

Le 30 juillet dernier, les Red Hot Chili Peppers tournaient le clip de The Adventures of Rain Dance Maggie sur le toit de cet immeuble à Venice Beach...

Aux côtés de Mario Van Peebles, rencontré sur la terrasse d'un café à Santa Monica...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Puisque Thomas, notre cadreur, découvrait Los Angeles pour la première fois, je l’ai emmené du côté de Hollywood Boulevard pour qu’il puisse véritablement s’imprégner de la couleur locale et constater à quel point ce quartier de Los Angeles n’est qu’une sorte de Disneyland grandeur nature. Certes le Walk of Fame fait partie des lieux à découvrir quand on se rend ici, mais on se rend rapidement compte que tout ceci n’est qu’un attrape-touristes. Qu’importe, une fois nos images en boîte, nous avons pu retourner à notre hôtel où nous attendait Activision pour nous emmener là voir le hangar où se déroulera le salon Call of Duty XP. Pour la suite de l’événement, c’est sur le site que ça passe.

Par Maxime Chao

 

 

Pour Thomas, la vie c'est aussi comme une boîte de chocolats...

Thomas découvrant et immortalisant le Walk of Fame de Hollywood Boulevard

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Si vous suivez un tant soit peu l’actualité du jeu vidéo, vous n’êtes pas sans savoir que le 1er septembre prochain aura lieu le premier salon Call of Duty, intitulé le Call of Duty XP. L’occasion pour les joueurs américains, férus de la série, de découvrir un événement spécial entièrement dédié à leur FPS préféré pendant deux jours entiers : les 2 et 3 septembre 2011. Activision compte d’ailleurs offrir une belle couverture médiatique à son salon et c’est la raison pour laquelle l’ensemble de la presse internationale est invitée. JEUXACTU fait partie des privilégiés et c’est demain, mercredi 31 août, que nous décollons pour Los Angeles. C’est Thomas, un cadreur free-lance et moi-même, qui aurons la chance de nous rendre sur place pour être témoin de ce salon qui s’annonce tout simplement énorme.
 

Maxime et Thomas prêts à s'envoler pour Los Angeles !

 

Car en plus de pouvoir assister au concert de Kanye West, qui je le rappelle se chargera de clôturer le salon, on pourra aussi jouer au très attendu Call of Duty : Modern Warfare 3, interviewer les principaux responsables du projet, découvrir les modes Post Mortem et Zombie de Call of Duty : Black Ops, mais aussi faire la rencontre des fans et des meilleurs joueurs, grâce au championnat qui se déroulera pendant les deux jours de festivités. A noter que la presse bénéficiera d’une ouverture exceptionnelle la veille, le jeudi 1er septembre, à 17h30. Vous pouvez compter sur nous pour vous faire vivre cet événement en quasi-direct sur JEUXACTU à travers des news, des previews mais aussi des photos. Un reportage vidéo lui sera également consacré à notre retour sur notre site et dans l’émission JEUXACTU sur NT1, RTL9, AB1 et Mangas.

 

Voici le carton d'invitation que nous avons reçu pour assister au Call of Duty XP à Los Angeles

 Par Maxime Chao

Ca y est, la Ligue des Champions 2011-2012 a officiellement débuté avec le tirage au sort de la phase de poules qui a eu lieu hier, à Monaco. J’ai hâte d’entendre de nouveau résonner l’hymne de la Champions League les mardis et mercredis soirs, sans entendre soupirer madame si possible. Et comme cette compétition est censée réunir chaque année les meilleures équipes du Vieux Continent, même les matchs au fin fond de la campagne roumaine mettent en panique. Enfin, le Barça fait quand même figure d’exception, tant il continue d’évoluer sur une autre planète (les deux matches face au Real Madrid en Supercoupe d’Espagne l’ont démontré) Mais ce n’est pas le cas de tout le monde, et surtout pas des clubs français engagés dans cette Ligue des Champions. L’OM est le dernier et le seul club français à avoir remporté la compétition en 1993, et on a parfois l’impression que les petits enfants de nos enfants n’auront pas la chance de connaître un tel miracle, tellement l’écart économique avec les autres championnats majeurs est abyssal. Du coup, une qualification en 8e de finale pour Lille, Lyon et l’Olympique de Marseille est loin d’être acquise. Jetons donc un coup d’œil aux groupes de nos trois représentants français.

GROUPE B
Inter Milan
CSKA Moscou
Lille
Trabzonspor

Rio Mavuba croit aux chances du LOSC

Lorsque j’entends Rio Mavuba, le capitaine du LOSC, dire qu’il s’agit d’un « bon tirage », je me montrerais un peu moins confiant à sa place. Le CSKA Moscou et le Trabzonspor sont à la portée de Lille, c’est vrai, mais le jeu proposé par l’équipe de Rudi Garcia est légèrement moins séduisant que la saison dernière. Je n’ai pas du tout été emballé par les deux premiers matchs du LOSC (surtout la défaite à domicile face à Montpellier), et le manque d’efficacité contre Caen (malgré une victoire arrachée au bout du temps réglementaire, et un jeu qui a gagné en consistance) risque de se payer cash en LDC. Et puis, le CSKA Moscou, c’est juste le leader actuel du championnat russe, avec un certain Vagner Love qui n’est pas mauvais devant les buts. En fait, pour mettre toutes les chances de son coté, Lille devra absolument marquer des points face au CSKA Moscou (à domicile) et au Trabzonspor (à l’extérieur), qu’il rencontrera lors des deux premières journées. Face à l’Inter Milan, il s’agira surtout de gratter quelques points qui pourront s’avérer décisifs pour se qualifier.

GROUPE D
Real Madrid
Lyon
Ajax Amsterdam
Dinamo Zagreb

Lisandro sera l'une des principaux atouts offensifs de Lyon

En ce qui concerne l’Olympique Lyonnais, là encore je le vois mal se qualifier les doigts dans le nez. Tout simplement parce que l’époque où Jean-Michel Aulas claquait des millions d’euros pour débaucher les meilleurs joueurs du championnat français, plus une star internationale en guise de mentor, est révolue. L’OL a décidé de ne plus faire de folies en capitalisant sur des joueurs déjà présents la saison dernière. Avec Gomis et Lisandro en pointe, l’attaque lyonnaise a de la gueule, et on peut s’attendre à ce que le retour de Yoann Gourcuff fluidifie encore plus le jeu de l’OL. Mais le club de JMA ne dégage plus cette solidité qui lui permettait de mettre la pression aux grandes équipes européennes. Avec Juninho et Diarra au milieu, Cris et Abidal derrière, Malouda, Fred et Carew devant, Guy Lacombe pouvait s’amuser, dans une autre vie, à deviner combien de buts son équipe allait planter à l’adversaire, aussi bien à domicile qu’à l’extérieur. Le 3-0 infligé au Real Madrid à Gerland, je m’en souviens encore. En 2011-2012, L’OL se doit de ne pas sous-estimer l’Ajax Amsterdam (qu’il affrontera à l’extérieur dès le premier match) qui n’est certainement pas une formation de bras cassés. Ce n’est pas non plus la grande équipe de 94 (qui avait remporté la Ligue des Champions) avec Van der Sar, les frangins de Boer, Rijkaard, Litmanen et Kluivert, mais les clubs néerlandais ne sont jamais faciles à manoeuvrer. Bref, c’est surtout face au Dinamo Zagreb que Lyon devra engranger un maximum de points. En cas de mauvais résultats lors des deux premières journées, la double-confrontation avec le Real Madrid pourrait s’avérer cruciale. Aller chercher des points à Santagio Bernabeu semble quasiment mission impossible, au regard du jeu pratiqué par l’équipe de José Mourinho. Elle a perdu contre le Barça, certes, mais avec les honneurs. Kazim Benzema semble déjà hyper affûté, et malgré son mauvais caractère, Cristiano Ronaldo est capable de débloquer une situation sur un coup de génie ; sachant qu’il est également précieux sur les coups francs. Vraiment pas simple ce groupe D pour l’OL.

GROUPE F
Arsenal
OM
Olympiakos
Borussia Dortmund

Steve Mandanda devra certainement multiplier les exploits dans ses buts

Quant à l’Olympique de Marseille, j’avais le sourire jusqu’à ce que le Borussia Dortmund atterrisse dans la poule F. Se coltiner le champion d’Allemagne est une mauvaise nouvelle, et lorsque l’on connaît le jeu à l‘allemande, l’équipe de Didier Deschamps devra aller là-bas avec des casques et des plastrons. Plus sérieusement, l’affaire se présentait assez bien avec Arsenal comme favori du groupe, et l’Olympiakos contre qui il est possible d’aller chercher des points. Même si le mercato n’est pas encore fini, il faut dire que l’Emirates Stadium fait beaucoup moins peur sans Cesc Fabregas et Samir Nasri dans les rangs d’Arsenal. On se doute bien qu’Arsène Wenger va sortir le chéquier pour renforcer son équipe, mais Arsenal reste sur une défaite à domicile face à Liverpool (0-2) et, plus inquiétant, a souffert face à l’Udinese pour obtenir sa qualification pour la Ligue des Champions. Il y a donc moyen d’espérer, à condition que l’OM ne foire pas son départ dans la compétition : un match à l’extérieur face à l’Olympiakos, avant de recevoir le Borussia Dortmund et Arsenal. Les hommes de DD seraient bien inspirés de faire le plein de points à domicile, avant d’affronter les deux « gros » chez eux. D’autant que la défense de l’Olympique de Marseille est plus que friable ces derniers temps : si l’avalanche de buts lors du Trophée des Champions face au LOSC n’avait rien d’inquiétant, c’est devenu beaucoup moins drôle par la suite. Quatre buts encaissés depuis le début du championnat, c’est trop pour une charnière Diawara-M’Bia supposée être l’une des plus solides de L1. Et en attaque, il va falloir oublier le manque de réussite face à St-Etienne, et retrouver le panache de la fin de saison dernière.

Bref, autant hier soir, je me disais que l’OL avait hérité du groupe le plus compliqué, autant aujourd’hui je me dis que l’OM est vraiment mal embarqué dans cette poule F. Si je devais écouter mon cœur de supporter marseillais, je dirais que l’OM passe en 8e de finale avec Arsenal. Mais avec un minimum de lucidité, et même si le mercato – encore une fois – n’est pas fini, je pense que Lyon filera en 8e, et que l’OM et Lille seront reversés en Europa League. Sincèrement, en ce qui concerne l’Olympique de Marseille, j’espère me tromper. Et vous, quel est votre pronostic pour les clubs français en Ligue des Champions ?

Par Laurely Birba

Cette photo a été prise par Clara Balzary, la fille de Flea.

 

Après 5 ans d’attente, le dixième album des Red Hot Chili Peppers est sorti ! Enfin pas tout à fait, puisque la date de sortie est toujours fixée au mardi 30 août 2011. Toutefois, comme c’est le cas avec de nombreux artistes aujourd’hui, il est possible d’écouter l’album dans son intégralité en streaming, gratuitement et de façon légale. Pour ce faire, il suffit de se rendre sur iTunes qui a réussi à décrocher l’exclusivité. Evidemment, les p’tits malins qui squattent les sites de torrent et de téléchargement ont déjà pu récupérer l’album en fichier MP3. Toujours est-il qu’il est possible de l’écouter en boucle sur son PC, en attendant la sortie du support physique.

 

Ce nouvel opus, baptisé « I’m with you », se distingue des autres par l’arrivée tout d’abord de Josh Klinghoffer, remplaçant de John Frusciante à la guitare, qui a décidé de quitter le groupe pour la deuxième fois ; la première fois étant au moment de la tournée de Blood Sugar Sex Magic en 1992. On connaît Frusciante pour son côté impulsif, son goût pour les substances illicites, mais cette fois-ci, c’est véritablement l’envie de voler de ses propres ailes qui l’a poussé à ne pas participer à ce dixième album studio. C’est donc son ami et compagnon de musique Josh (avec lequel il a signé quelques albums solo) qui a été retenu pour faire partie du quatuor. Etre guitariste chez les Red Hot, c’est un peu la place maudite quand on connaît le nombre de candidats qui ont défilé depuis l’existence du groupe. Le dernier en date, Dave Navarro, avait reçu un accueil mitigé malgré sa performance. Critiqué à tort par ses fans, Navarro avait pourtant réussi à insuffler un autre courant au sein des Red Hot, moins funk certes mais au son rock plus imposant et incisif.  L’album One Hot Minute reste à mes yeux l’un des meilleurs de la discographie des Chili Peppers grâce à certains morceaux mémorables tels que Warped, Deep Kick, My Friends, Transcending ou bien encore Coffee Shop, pour ne citer qu’eux.

 

Flea en plein tournage du clip The Adventures of Rain Dance Maggie sur le toit d'un immeuble à Venice Beach, Los Angeles.

 

Mais qu’importe, aujourd’hui, c’est l’album « I’m with you » qui compte et il faut bien avouer que je suis plutôt content du résultat. Pourtant, c’était mal barré avec la première chanson, The Adventures of Rain Dance Maggie, dévoilée il y a 3 semaines et que je trouvais un peu trop classique à mon goût. Pas de grands risques, une chaleur musicale proche de celle de Stadium Arcadium, j’avais peur de la mauvaise redite. C’est d’autant plus vrai que Josh, le nouveau guitariste, est quasi inexistant sur la chanson et qu’il a un peu tendance à abuser des notes saturées. Du coup, j’avais peur que le reste de l’album sonne pareil. Ce n’est heureusement pas le cas et Klinghoffer est même parvenu à me surprendre avec une rythmique vraiment étonnante (Factory of Faith) et un solo dévastateur (Goodbye Hooray). Bref, le petit nouveau, âgé seulement de 31 ans quand ses compères frôlent la cinquantaine, s’en sort plutôt bien. Et puis, même si globalement on note quelques inégalités, la majorité des tracks est vraiment intéressante à écouter.

 

The Adventures of Rain Dance Maggie est le premier single de l'album I'm With You des Red Hot

 

Autrement, on peut préciser que « I’m with you » est un album nettement moins mélancolique que Stadium Arcadium. Normal puisque que Frusciante n’est plus là et que sa tristesse habituelle influençait énormément le reste du groupe, en bien comme en mal. L’alchimie entre Flea et Chad Smith est toujours aussi magique et par moments, on peut les remercier d’être là, avec une présence importance dans les morceaux, parfois inhabituelle, un peu comme s’il fallait couvrir les notes de Josh dans ses moments les moins inspirés (The Adventures of Rain Dance Maggie, Happiness Loves Company, où c’est carrément le piano qui est mis en avant). Quant au chant, je trouve que Kiedis tente quelques nouveaux trucs, à l’image des morceaux Ethiopia ou Dance, Dance, Dance. C’est osé et plutôt pas mal, mais il faut quand même plusieurs écoutes avant de bien s’imprégner de cette nouvelle atmosphère musicale. J’ai aussi noté le retour des chorus féminins qui avaient disparu depuis One Hot Minute, puisque John Frusciante et Flea se chargeaient toujours du travail. Cela apporte une chaleur vocale pas déplaisante et c’est peut-être aussi pour cela que j’apprécie Did I let you know. Cela dit, j’avoue que les choeurs et les solos pleins d’émotions de Frusciante me manquent terriblement… Mais ne boudons pas notre plaisir car la guitare de Klinghoffer apporte une autre sonorité pas désagréable.

Quant à mes préférences, elles vont pour les morceaux suivants qui, je trouve, arrachent bien la gueule : Monarchy of Roses, Factory of Faith, Brendan’s Death Song, Ethiopia, Look Around, Did I Let You Know, Goodbye Hooray et Dance, Dance, Dance. Et vous, qu’en pensez-vous de ce nouvel opus des Red Hot Chili Peppers ?

par Maxime Chao

Une mouche sur un comprimé. Comprendre la drogue, c'est de la merde !

  1. Monarchy of Roses
  2. Factory of Faith
  3. Brendan’s Death Song
  4. Ethiopia
  5. Annie Wants a Baby
  6. Look Around
  7. The Adventures of Rain Dance Maggie
  8. Did I Let You Know
  9. Goodbye Hooray
  10. Happiness Loves Company
  11. Police Station
  12. Even You Brutus?
  13. Meet Me at the Corner
  14. Dance, Dance, Dance

 

C’est donc ici qu’il faudra se rendre régulièrement pour découvrir l’équipe de JEUXACTU de l’intérieur, et suivre entre autres les pérégrinations de la rédaction aux quatre coins de la planète. Nos coups de coeur, nos coups de gueule, les anecdotes que nous souhaitons partager avec vous, ainsi que les différents événements qui ont marqué ou marqueront notre vie, rythmeront également l’actualité du blog. Promis, on essaiera quand même de parler un p’tit peu de jeu vidéo, quand même.